Chaussures Jens7en Gris 3907 Ih4MKk

SKU58935139807166
Chaussures Jens7en Gris 3907 Ih4MKk
Jens7en
Mocassins Dor Gabor 4811 ZTCFHndQ7
Lina Locchi Les Femmes Sandales fuchsia jWKdCywqI
Femmes Unisa Botte Courte Lisbet Taupe HxSkku5F

Académie numérique

Biodiversité des espèces et des écosystèmes (nouveau programme de 2nde)

Une animation flash pouvant être utilisée en complément d’une sortie sur le terrain pour explorer d’autres écosystèmes (y compris un écosystème du passé) et les comparer.

Un nouveau module: la chasse à l’escargot

Le programme de Seconde définit la biodiversité à plusieurs niveaux, y compris au sein de l’espèce avec la diversité entre les individus d’une même espèce, qu’on reliera à une diversité génétique.

Le module ajouté ici prend l’exemple des escargots , dans l’esprit du recensement proposé sur le site Weekend Svelte baskets Suède LHsYr
On propose de recenser à deux endroits différents les escargots présents en fonction de la couleur de la coquille: jaune, rose ou marron. Il s’agit donc ici de comparer deux populations et de constater que les couleurs ne sont pas représentées dans les mêmes proportions dans les deux milieux.

Il suffit à l’élève de déposer chaque escargot dans le sac adéquat. Un compteur indique le nombre d’escargots dans chaque sac. Le bouton RAZ remet les compteurs à zéro et les escargots à leur place initiale.

Pour mémoire, la couleur de la coquille est sous le contrôle d’un gène à plusieurs allèles, l’allèle responsable de la couleur rose R étant dominant sur celui qui détermine la couleur jaune j (à lire: génétique des Cepaea ). On pourra ensuite se poser la question de ces différences entre les populations.

Allèles du gène impliqué dans la coloration de la coquille chez l’escargot des haies

Parties du programme

En Seconde:

Thème 1: La Terre dans l’Univers, la vie et l’évolution du vivant: une planète habitée

La biodiversité, résultat et étape de l’évolution

Thème 2 Enjeux planétaires contemporains: énergie, sol

Le soleil: une source d’énergie essentielle

En Première S:

Thème 2 - B: Nourrir l’humanité

Place dans la démarche

Le programme recommande une vision concrète de la biodiversité par une approche de terrain, en utilisant des outils simples de détermination.

Il n’est toutefois pas évident de trouver le temps de voir plusieurs écosystèmes afin d’en montrer la diversité.

On pourra utiliser l’animation proposée ici en complément d’une sortie sur le terrain pour explorer d’autres écosystèmes, y compris un écosystème du passé, et de les .

Les décomposeurs sont indiqués pour faire le lien avec le thème 2 et déjà voir passer ce que sont ces décomposeurs auxquels une partie de la matière organique peut échapper.

Pour préparer à la compréhension des items du programme de 1ère et pour montrer la place des végétaux comme producteurs primaires pour le thème 2, de courtes informations sont prévues pour permettre de reconstruire des réseaux trophiques.

L’animation

Elle se compose de 4 modules correspondant à différents écosystèmes. Le survol de l’image permet de voir s’afficher des informations sur les êtres vivants présents.

La comparaison de ces deux modules montre que des écosystèmes différents sont habités par des espèces différentes, en relation avec les facteurs du milieu (de façon peu subtile puisqu’on compare ici le milieu aquatique et le milieu aérien). Les informations sur "qui mange qui" permettent de montrer que ces deux écosystèmes ont en commun d’être basés sur des végétaux, en prévision du programme de 1ère.

Ce module permet de voir l’agrosystème basé sur la production végétale en prévision du programme de 1ère.

La comparaison avec les écosystèmes précédents montre que les espèces des écosystèmes du passé sont différentes de celles des écosystèmes actuels.

Trois versions

une version en ligne: Vans Old Skool Noir / Blanc Bébé ZZonrUaIt2

un exécutable, à télécharger et à installer.

un fichier à ouvrir dans . Je précise que la localisation se veut réaliste mais n’est pas réelle: je n’ai pas vérifié que le champ est un champ de maïs et je ne garantis pas qu’il y ait des brochets dans le plan d’eau. Une géolocalisation permet ici de rendre plus concrets et réels ces écosystèmes, en les ancrant à la surface de la Terre et en les liant dans l’espace. La proximité de Montceau les Mines permettait de placer la reconstitution Carbonifère.

Prolongements

Exemple en vidéo:

Le fichier à utiliser avec un tableau :

Remerciements

à l’équipe de la schémathèque SVT de l’académie de Dijon , pour leur beau travail que j’ai utilisé pour les écosystèmes actuels à Alain Bénéteau pour l’illustration qu’il m’a autorisé à utiliser sur un écosystème Carbonifère. D’autres illustrations sur son site: Art Creta 1252 Sandales Femmes nR94S

B. Boucher

La biodiversité.kmz
Connexion Chaussettes Stance Préparation Fenty Par Gris Rihanna biuWCbf

Université du numérique 2018

Parce que la révolution numérique va transformer notre façon de travailler, elle transformera aussi notre façon d’apprendre et les compétences requises. Venez découvrir le futur des métiers, de l’emploi, des compétences et de la formation lors de la 4 e Université du numérique du MEDEF.

Venez découvrir le futur des métiers, de l’emploi, des compétences et de la formation lors de la 4 e Université du numérique du MEDEF.

A quoi doit-on s’attendre ? Comment s'y préparer ?Comment s’y adapter?

Dirigeants d’entreprises, apprenants de tout âge, enseignants, recruteurs, formateurs...Rendez-vous les 21 et 22 mars 2018 pour participer à l'Université du numérique du MEDEF, venirpartager vos témoignages, confronter et enrichir vos perceptions .

21 et 22 mars 2018

Deux jours out of the box pour changer notre vision des compétences et de l’emploi!

Programme et intervenants

Jean-Marc TASSETTO

Angelina LAMY

Aida MILLAN

Olivier GAUVIN

Christian NIBOUREL

Céline LAURENCEAU

Jean-Christophe ARNAUNÉ

Charlie PERREAU

Emmanuelle SAUDEAU

Christian POYAU

Valérie COSCAS

Marc MONPEURT

Olivier MIDIERE

Olivier HUMBAIRE

Jérémy CLÉDAT

Antoine CROCHET-DAMAIS

Amal BENICHOU

Jean-Michel BLANQUER

Aude COSTA DE BEAUREGARD

Geoffroy ROUX de BEZIEUX

Jamal EL HASSANI

Christian FAURÉ

Christel LAMBOLEZ

Laurent CÉLÉRIER

Pierre GATTAZ

Françoise DANY

Frédéric BEDIN

Laurent STEFANI

Vincent BEDOUIN

Jérémy SIMON

David GUEZ

Sébastien BOSCQ

Olivier MOREAU

Sébastien SORIANO

Fabrice EPELBOIN

Erwan SALMON

Armande LE PELLEC-MULLER

Viviane CHAINE-RIBEIRO

François TADDEI

Mounir MAHJOUBI

Marie-Anne BARBAT-LAYANI

Nicolas MONSARRAT

Estelle SAUVAT

Charbel NOBLE

Saskia VAN UFFELEN

Nicolas JAIMES

Brigitte PLATEAU

Alban JARRY

Antoine AMIEL

Benjamin MARTEAU

Florence LAFFORGUE

Régis DELAYAT

David GIBLAS

Hélène WECXSTEEN

Joël COURTOIS

Eric GOURRIER

Gabrielle GAUTHEY

Godefroy de BENTZMANN

Julien FANON

François CRETON

Juliette JARRY

Anne LE BOURGEOIS

Florence POIVEY

Pierre JOLY

Jean-Marc DANIEL

Ludovic CINQUIN

Isabelle MARTIN

Lucas JAKUBOWICZ

Michaël PRESSIGOUT

Emmanuelle LARROQUE

Laëticia HOUDART

Gilles BABINET

Dominique TURCQ

Gabor Strings Roses À Domicile ewBnWCE

Ce test est extrêmement critiqué et est toujours critiqué depuis, mais beaucoup cité parce que ça repose entièrement sur le langage qui est quelque chose de très compliqué, et qui n'est valable que pour l'homme puisqu'il faut pouvoir parler. Par exemple, les animaux ne pourraient pas passer le test ou les bébés ne pourraient pas passer le test. Aujourd'hui, avec les recherches actuelles qu'on a à la fois sur l'animal, sur le développement de l'enfant, on sait que l'intelligence ne passe pas entièrement par le langage, mais prend bien d'autres formes. Un des gros problèmes aujourd'hui pour l'intelligence artificielle, c'est de faire un joueur de foot. Ça pourrait paraître étonnant puisque finalement on a réussi à faire le joueur d'échecs, alors qu'aujourd'hui la problématique c'est le joueur de foot parce que si vous prenez un robot humanoïde, il va falloir le faire bouger, le faire jouer collectivement avec ses partenaires, c'est-à-dire qu'il va falloir décoder les émotions, les intentions de l'autre. Tout ça, ce sont des problèmes excessivement difficiles qui ne sont pas résolus, mais qui font effectivement l'objet de beaucoup de recherches.

Ça rejoint un problème un peu plus général sur cette hypothèse symbolique, qui était que lorsque les gens se sont mis à rejeter cette hypothèse symboliste, ils se sont pris à considérer cette fois le corps. Il y a eu tout un mouvement qu'on appelait la cognition incarnée, dont un texte emblématique qui est un article de Rodney Brooks, un roboticien assez célèbre, et qui a écrit cet article qui s'appelle, "Les éléphants ne jouent pas aux échecs". C'est un titre un peu surprenant, mais ce qu'il voulait signifier, c'était de dire que l'éléphant mène sa vie d'éléphant dans la savane ou dans la jungle. Il n'a jamais entendu parler de jeu d'échecs. On peut supposer qu'il n'a pas besoin de symboles, mais il a toute son intelligence d'éléphant. C'était un peu pour rejeter cette hypothèse simplificatrice.

Aujourd'hui, dans les recherches par rapport à la cognition incarnée, l'idée est de dire que l'intelligence doit se faire avec un corps qui se développe et en interaction avec l'environnement. Si je veux par exemple tester la souplesse d'un objet, je vais avoir besoin d'un corps pour faire l'expérience de cette souplesse de cet objet. C'est là une des grandes orientations d'une certaine part des recherches en intelligence artificielle, mais aussi en robotique, en robotique développementale.

Femmes Classique Mocassin Noir mGJw1Tt8I
est chercheur à l'Inria au sein de l'équipe Mnemosyneet de l'Institut des maladies neurodégénératives à Bordeaux. Il travaille en neurosciences computationnelles et cherche à comprendre le fonctionnement du cerveau au travers de modèles informatiques.

Les publications de Nicolas Rougier sont sur archives-ouvertes : https://cv.archives-ouvertes.fr/nicolas-p-rougier

Original : © GIP FUN-MOOC Sandales Bpm Avec Ceinture Lavande « Firenze » N9iWSLX

Grégory Chambat est enseignant en collège. Il est l'auteur de (Libertalia, 2016). Irène Pereira, sociologue et philosophe, travaille à faire connaître les « pédagogies critiques » en France. Alors qu'on commémore cette année le cinquantenaire de la mort de Célestin Freinet, voyons où en sont ces pédagogies émancipatrices qui dessinent depuis longtemps les contours d'une autre école et d'une autre société.
: Pouvez-vous nous montrer la manière dont la « crise de l’école » est aujourd’hui mobilisée à droite comme à gauche de l’échiquier politique ?
Grégory Chambat : C’est au nom du « redressement de l’école de la République », après l’épisode de Mai 68, qu’ont ressurgi les débats sur l’autorité et l’identité. Depuis le milieu des années 80, l’école est devenue l’un des terrains d’intervention privilégiés de la révolution conservatrice. Cela fait donc une trentaine d’années que le retour en force de la thématique républicaine acte le renoncement à toute perspective de transformation sociale. L’école est un laboratoire pour ce néo-républicanisme dont on mesure aujourd’hui combien il a – et c’était d’ailleurs son objectif – transcendé les clivages politiques.
Salut quotidien au drapeau, port de l’uniforme obligatoire, retour de l’estrade, éloge de la patrie à travers le récit national… dans ses propositions les plus rétrogrades, la rhétorique réactionnaire habille à moindre coût des perspectives de restrictions budgétaires, dans une logique toute libérale. On peut distinguer dans cette nébuleuse trois familles de pensée. Les traditionnalistes adeptes de l’ultra-libéralisme scolaire promeuvent le chèque éducation Nouvel Équilibre Ws574 W Schoenen Roze aCD2vrBkHx
, un système qui acterait un financement à parité du public et du privé inédit en France depuis le régime de Vichy et l’abandon de toute perspective de « mixité sociale ». Les idéologues de l’identité, quant à eux, considèrent l’éducation nationale comme un instrument du « grand remplacement » et rêvent d’une école « de souche ». Et enfin les nationaux-républicains sont partisans du retour de l’« ordre républicain » tel qu’il était incarné dans l’école de Jules Ferry et son système de ségrégation sociale qui reposait sur deux ordres d’enseignement, publics mais totalement distincts Sandales Femmes En Noir Skechers 6SSb1Hno
.
Au-delà de leurs divergences (public/privé, religieux/laïc, etc.), ces courants se retrouvent dans une même surenchère à propos de la « décadence » scolaire, déclinée à l’infini et qui serait le prélude à l’effondrement de la civilisation… « Redresser les corps, redresser les esprits pour redresser la nation », tel est par exemple le programme du collectif Racine des « enseignants patriotes », mis en place par le FN [en 2013] afin de tirer un profit électoral de cette idéologie « réac-publicaine ».
Le FN réactualise ainsi l’obsession historique de l’extrême droite française contre l’école qui a toujours fustigé l’égalité (sociale et entre les sexes), la démocratie (l’« ennemie de l’enseignement », selon l’Action française) mais aussi les enseignant.es et leurs syndicats (interdits sous Vichy).
Quant à une certaine gauche de gouvernement, avec son ralliement à l’économie de marché et au tout sécuritaire, elle n’envisage plus l’éducation comme un outil d’émancipation mais comme un fondement de l’ordre. Cette situation illustre l’hégémonie culturelle de la droite de la droite dans le champ médiatique. Il y a continuité entre le projet éducatif et le projet de société : la question pédagogique est bien un enjeu social et politique. Pour contrer cette offensive réactionnaire, il convient de ne pas lui laisser le monopole de la contestation de l’école telle qu’elle est, c’est-à-dire déjà trop inégalitaire et autoritaire. L’enjeu, pour le mouvement social, c’est de retrouver le chemin d’une éducation émancipatrice et démocratique, dans son fonctionnement comme dans ses finalités.
Les « pédagogies nouvelles » centrées sur la participation, l’autonomie ou la coopération des enfants ont désormais toute leur place à l’école mais restent-elles attentives à leurs objectifs initiaux de transformation sociale tels que les avait par exemple fixés Célestin Freinet ?
Irène Pereira : L’expression « pédagogies libertaires » a connu une grande dérive qui fait qu’elles ne désignent plus (sauf chez quelques auteur.es) ce qu’elles désignaient chez les militant.es anarchistes du début du XX siècle. À l’étranger, dans le monde anglo-saxon ou latino-américain par exemple, cela semble être devenu un synonyme de déscolarisation et d’éducation non-scolaire, ou encore d’épanouissement individuel. Les « pédagogies nouvelles » ont quant à elles souffert dès le début d’ambiguïtés. La première école nouvelle en France, l’école des Roches, est ouverte en 1898 par Edmond Demolins qui propose une éducation pour les futurs entrepreneurs. Aujourd’hui, sous l’effet du nouvel esprit du capitalisme, on assiste à une confusion encore plus forte, la pédagogie entrepreneuriale n’hésitant pas à récupérer même Célestin Freinet : la chambre de commerce d’industrie de Paris l’utilise pour former au management. Mais, dans les pays de langues anglaise et ibériques, à partir des années 1980, dans la continuité de l’œuvre de Paulo Freire, s’est constitué un nouveau mouvement pédagogique, très engagé, opposé à la fois au néo-conservatisme et au néo-libéralisme. Il s’agit de la pédagogie critique. Celle-ci ne se caractérise pas avant tout par des techniques mais par une finalité : Freire considère que l’éducation nouvelle s’est contentée de révolutionner la salle de classe, alors qu’il s’agit de favoriser une prise de conscience des inégalités sociales de classe, de genre et de race qui incite à transformer la société. «[leur] »
Grégory Chambat : Les questions éducatives et pédagogiques ont très longtemps été partie intégrante du projet révolutionnaire, y compris autour des barricades. La Commune de Paris a ainsi tenté d’instaurer une éducation publique, gratuite, laïque et… « intégrale », s’inspirant du programme d’enseignement de la première Internationale. C’est aussi pour contrecarrer cette éducation que le projet d’école républicaine de Jules Ferry (maire de Paris au moment du soulèvement) peut se lire et se comprendre. À l’ambition de permettre à chaque individu de se cultiver et « » Glissement Bleu Marine / Brun AWF61294Av
, la classe dirigeante va opposer une instruction axée sur les « fondamentaux » : « » (Adolphe Thiers)
Le mouvement syndical a un temps caressé l’espoir de créer ses propres écoles syndicales, au sein des Bourses du travail. Mais, à la différence d’autres pays, en Espagne par exemple avec les écoles modernes de Francisco Ferrer, c’est au cœur même de l’institution scolaire que les enseignant.es syndicalistes décident de porter leurs efforts. Ils et elles prônent une « pédagogie d’action directe », considérant que leur engagement révolutionnaire doit se manifester aussi dans leur travail pédagogique quotidien. Non pas sous la forme d’un catéchisme ou d’une propagande rouge, mais en réfléchissant aux moyens de permettre aux enfants du peuple de mieux comprendre le monde pour le changer… l’introduction de l’imprimerie à l’école par Célestin Freinet en est une illustration. Savoir produire un journal, c’est déjà un apprentissage subversif ! Lui-même syndicaliste, c’est dans l’école publique qu’il entend mener sa révolution pédagogique. Les militant.es de son mouvement ne veulent pas attendre les bras croisés la révolution (qu’ils pensent imminente) mais la préparer aussi activement dans leur classe plutôt que de rester de « » Bottines Boucle Avec Talon Et Goujons 36373839404142 0ynZ73BQ3
en matière de pratiques pédagogiques…
En France, cette histoire marque encore aujourd’hui la situation des pédagogies qu’on pourrait qualifier de radicales ou sociales. Le travail au sein de l'éducation nationale reste pour elles une référence dans des dizaines, des centaines probablement, de classes, à l’échelle de quelques établissements publics aussi (le lycée autogéré de Paris, mais pas que). Ce contexte a permis de maintenir la flamme mais au prix parfois d’une lassitude, d’un repli et de liens de plus en plus distendus avec la perspective révolutionnaire… Au risque aussi de récupération par le pouvoir (politique ou économique). L’enjeu pour les années à venir me semble donc moins dans la lutte pour une reconnaissance officielle des pédagogies émancipatrices (réduites alors à des techniques, des outils, vidées de leur potentiel subversif) que dans leur capacité à renouer des liens avec mouvement syndical et social, à réinscrire la pédagogie dans un horizon révolutionnaire et émancipateur. C’est aussi la meilleure des réponses à apporter aux réac-publicains évoqués plus haut !
De quelle conception de l'enfance témoignent ces différentes approches ?
Irène Pereira : Pour ma part, je distinguerais au moins trois courants dans la manière de considérer l'enfant en éducation. Un premier courant part du présupposé qu'il existe chez l'être humain une tendance naturelle au mal. C'est l'idée de pêché originel. C'est pourquoi les parents et les enseignant.es doivent redresser ce qui aurait tendance à pencher vers le mal, avant que cette tendance ne se transforme en habitude et que cela devienne irrattrapable à l'âge adulte. Les réac-publicains sont des héritiers de cette tendance. Jean-Jacques Rousseau incarne dans l'histoire de la pensée pédagogique l'idée inverse. Il a considéré que les pédagogues devaient au contraire s'appuyer sur les tendances spontanées de l'être humain et ne pas chercher à aller contre. Chez Rousseau, la moralité est innée en l'être humain et c'est au contraire la vie sociale – lorsqu'elle est pervertie par l'amour propre – qui peut conduire à étouffer la voix de la conscience. La difficulté de cette approche, c'est qu'elle part d'une conception de l'être humain qui est individualiste et naturaliste. Elle omet l'idée que l'être humain est un être social. Ces conceptions conduisent à invisibiliser l'existence des conditions sociales matérielles dans la constitution de la personnalité du sujet. Par exemple, les conceptions issues de l'éducation nouvelle ignorent le fait que les élèves arrivent en ayant des compétences socialement construites en fonction de leurs milieux familiaux. C'est pourquoi de nombreux sociologues de l'éducation se montrent critiques vis-à-vis des pédagogies issues de l'éducation nouvelle, qui tendent à s'appuyer sur des tendances spontanées considérées comme naturelles sans prendre en compte les conditions sociales inégalitaires et qui conduisent à favoriser la reproduction des inégalités sociales à l'école. C'est là également un des points qui m'a conduite à m’intéresser à [un troisième courant], l’œuvre de Paulo Freire et la pédagogie critique . L'objectif de l'éducation n'est pas d'épanouir une personnalité, mais de favoriser l'émergence d'une conscience critique. Celle-ci consiste à analyser sa situation non pas avec des présupposés individualistes mais à se considérer comme un être social occupant une position au sein des rapports sociaux de classe.
Grégory Chambat : La cohérence de ces approches, qui me semble encore aujourd’hui d’actualité, est de penser cette pédagogie émancipatrice sans séparer les moyens des fins (préparer un autre monde, former celles et ceux qui auront à le transformer et à le gérer). La liberté, comme l’égalité, s’apprennent donc en liberté et en tant qu’égaux, dans la coopération et non dans la compétition, dans le respect des droits et non dans la soumission ou l’obéissance. C’est par exemple Louise Michel, institutrice de profession, se félicitant que la Commune de Paris ait abrogé les classements et les punitions…
Le courant des pédagogies autogestionnaires a également été en pointe sur la question des droits des enfants, à travers la très belle figure du pédagogue polonais Janusz Korczak. C’est lui qui a inspiré l’actuelle Déclaration universelle des droits de l’enfant, loin d’être appliquée, y compris en France, quand on songe au sort des enfants réfugié.es (ou des mineurs isolé.es) que j’accueille dans ma classe. Du coup, pour aborder ta question d’un point de vue plus actuel, je pense qu’il y a un gros travail, une lutte même, à mener au sein de l’institution pour défendre une vision inclusive de l’école. Alors que la notion d’intégration considère que c’est à l’individu de s’adapter à l’institution, l’inclusion pose l’idée inverse : c’est à l’institution de s’adapter. C’est le principe qui guide la scolarisation des élèves handicapé.es ou bien des élèves non-francophones. C’est un processus long, difficile dans les conditions actuelles d’enseignement (effectifs, locaux, formation des enseignant.es) mais c’est un défi important, où l’on peut faire le pari que les transformations viendront des marges pour voir advenir un autre rapport aux enfants dont tou.tes – dans la norme ou pas – tireront des bénéfices, comme la société dans son ensemble d’ailleurs. Pour terminer, je voudrais montrer comment les enfants sont perçu.es dans les communautés insurgées du Chiapas. Le processus de décision démocratique y est, comme on le sait, particulièrement poussé depuis le soulèvement de 1994. Tout naturellement, la question de l'âge de la « majorité » politique s’est posée, les enfants ne comprenant pas pourquoi ils et elles étaient exclu.es des décisions et des assemblées générales. Avec leur inventivité légendaire, les zapatistes ont apporté une réponse à leur image : tout individu qui a suivi les débats jusqu’à leur terme, parfois jusque tard dans la nuit, sans s’endormir, est autorisé à participer à la décision finale ! Cela dépasse les conceptions souvent figées que nous avons de l’enfance…
Propos recueillis par
1. Ce système de financement de l’éducation, imaginé par les ultra-libéraux, est défendu par exemple par les écoles Espérance banlieues, proches des milieux traditionalistes. Il s'agirait de verser sous forme de « bon » le coût estimé des études directement aux familles. Elles peuvent ensuite attribuer cette somme à l'école de leur choix : publique ou privée, proche ou non de leur lieu d'habitation. 2. L'école de Jules Ferry sépare les écoles primaires, gratuites, pour les enfants du peuple, où sont enseignés les « fondamentaux », et le secondaire, payant (jusqu'en 1932), réservé à l'« élite ». Les enseignants comme les programmes sont totalement différents, dès l'école primaire. 3. Henri Bellenger, Le Vengeur, 7 mai 1871. 4. Édito du numéro de L’Éducateur prolétarien d’octobre 1936, revue lancée par Célestin Freinet. Dans Célestin Freinet, Le Maître insurgé. Articles et éditoriaux, 1920-1939, édition établie par Catherine Chabrun et Grégory Chambat, Libertalia, coll. « N’autre école », 2016. 5. Dossier « Paulo Freire et la pédagogie critique » sur iresmo.jimdo.com, septembre 2016. On trouve sur ce site le travail d'Irène Pereira pour faire connaître ce mouvement à travers des traductions en ligne, des publications et des présentations publiques.

Rechercher

Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...